L’enfant
avance dans la vie
sur ses petits pieds hésitants
corps encore tout imbibé,
marqué de chaleur mammifère,
encore si proche de la
pleine, originelle fusion.
L’enfant
tente de s’éloigner
mais revient toujours au giron
de la chair dont il est la chair
comme pour retrouver le Tout,
de nouveau, s’en envelopper.
En se blottissant dans les bras
uniques, contre les doux seins,
les yeux baissés, effarouchés,
le pouce fiché dans la bouche.
L’enfant
nie la séparation,
regrette le proche passé
où l’espace n’était pas là
pour lui parler
de solitude. Marcus Martin Authentic Jersey