Des parfums aux lourdes senteurs
Emplissent l’air du jour naissant,
Une lampe tout en douceur
Irise le tapis persan.

Des jupons semés en pétales
Sur le parquet de?ci de?là,
Une robe aux plis qui s’étalent
Couvre un dossier de falbalas.

Le balancier d’une pendule
Jette un regard de droite à gauche
En s’agitant d’un air crédule
Au?dessus de cette débauche.

La psyché trône dans un coin
Gardant au fond de sa mémoire
Reflets dont?elle fut témoin
En s’affichant sur son miroir.

Du lit défait aux draps froissés,
Par une nuit de grande ampleur,
S’élève le bruit cadencé
D’une femme lâchant ses pleurs.

 Tahir Whitehead Jersey