Quand l’hiver perdure
Et le fleuve de l’oubli
Bâtit ses grands murs
Au?delà des cieux infinis

Je lève les blancs voiles
De mon petit navire
Et mes larmes se dévoilent
Ne voulant point partir

Laissant derrière moi
Que des vagues, des traces
Esprit et cœur en émoi
Voulant mieux que je trépasse

Le sang dans mes veines
De ce froid, se gèle
C’était elle : la peine
Ce sentiment rebelle

Et la brise qui me plaisait
Aujourd’hui me dérange
Et les lettres que je lisais
Aujourd’hui je les ronge

Ma vertu est perdue
Et le grand regret a fleuri
Sur un rocher chaud et nu
Et finalement j’ai compris

Que partir est seulement
Le mot qu’on peut dire
Et oublier est rudement
Celui qu’on peut choisir

 Jay Bromley Womens Jersey