La conférence s’était terminée de bonne heure. Satisfaite de la soirée, Aliénor rentrais chez elle?;?empruntant une venelle pavée qui embrassait deux immeubles dont la laideur se dissolvait dans l’obscurité. Elle allait poser le pied sur le trottoir de la route principale quand une mélodie étrange l’interpela. Elle se retourna, revint sur ses pas, balayant le chemin d’un regard intrigué. À sa droite, un filet d’eau se cambrait dans une flaque coiffée d’un petit pin parasol. Elle se pencha par dessus le miroir. Dans l’eau cristalline, des feuilles aux couleurs de l’automne tourbillonnaient rapidement… Aliénor ferma les yeux afin de s’imprégner du mystère. Le son était rond, plat?; le souffle du vent, tiède. Elle porta à ses narines les feuilles écrasées qu’elle serrait entre les doigts et se laissa enivrer par le parfum. C’est alors qu’il se remit à pleuvoir à grosses goûtes, mais elle ne bougea pas pour autant, car elle sentait, elle vivait, elle existait. Michael Dickson Womens Jersey