Auteur : Myriam

Cristal

La conférence s’était terminée de bonne heure. Satisfaite de la soirée, Aliénor rentrais chez elle?;?empruntant une venelle pavée qui embrassait deux immeubles dont la laideur se dissolvait dans l’obscurité. Elle allait poser le pied sur le trottoir de la route principale quand une mélodie étrange l’interpela. Elle se retourna, revint sur ses pas, balayant le chemin d’un regard intrigué. À sa droite, un filet d’eau se cambrait dans une flaque coiffée d’un petit pin parasol. Elle se pencha par dessus le miroir. Dans l’eau cristalline, des feuilles aux couleurs de l’automne tourbillonnaient rapidement… Aliénor ferma les yeux afin de s’imprégner du mystère. Le son était rond, plat?; le souffle du vent, tiède. Elle porta à ses narines les feuilles écrasées qu’elle serrait entre les doigts et se laissa enivrer par le parfum. C’est alors qu’il se remit à pleuvoir à grosses goûtes, mais elle ne bougea pas pour autant, car elle sentait, elle vivait, elle existait. Michael Dickson Womens...

Read More

Elles et moi

Elle porte un Jean’s délavé Elle réajuste un foulard de soie Elle effleure du bout de ses doigts sa cuisse Elle déplace délicatement une boucle de cheveux rebelle Elles s’embrassent avec passion… avec douceur… Comme seules deux filles savent le faire dans un train Des routes rectilignes balafrent les champs Un homme promène son chien Et ce train… Et ce silence… Et cet amour… Elles et moi. Michael Gallup...

Read More

Fluctuations

À Alain Parant l’horizon d’un diaphane voile empourpré, le soleil s’abîme dans l’océan appesanti. Sur la voûte diaprée, des voiliers se dessinent en ombres chinoises. Abandonnant à la terre toutes leurs misères, ils voguent, planent cap vers le couchant. Juché sur la falaise, un saule déploie son feuillage?; il règne sur la terre, il domine la mer. Sur la plage qui se dore de pourpre, d’ocre et d’or, le silence se déchire et le temps chavire. Les vagues fuyant sous leurs pas, deux amants marchent côte à côte. Guidés par la symphonie à la fois douce et puissante des marées, les yeux clos, ils s’entrelacent sensuellement. Libre de toute pesanteur, ils flottent, virevoltent dans les airs. — Où est passé le temps?? — Qui s’en préoccupe vraiment?? — L’important c’est ce qui se passe à l’instant. Ils sont un. Unis entre eux, unis avec ces lieux. Arrive l’instant où de la déchirure de leurs corps jaillit la lumière. Submergés par des flots tumultueux de soie et de velours, les voici transportés dans un ballet aquatique. Maintenant rien n’est et ne sera plus jamais comme avant. Un métronome bat au loin. — Qui a été assez fou pour retrouver les clés de la prison du temps?? — Qui d’entre nous a osé en réveillé le geôlier?? L’océan est devenu argent sur satin noir, une constellation étoilée, l’univers. Les deux amants s’entrelacent sensuellement. Ils flottent dans...

Read More

J'ai regardé par dessus le parapet

À Alain J’ai regardé par dessus le parapet, vu les feuilles tournoyer dans le vent, la poussière de tes pas?; la terre, le soleil et le vent. J’ai levé les yeux vers les étoiles, écouté le souffle du silence?; appris à savourer l’instant, en contemplant la brume matinale qui se pose sur les champs. J’ai goûté à ta sève, bu à la coupe de tes lèvres?; je me suis réchauffée à la chaleur de ton corps, et toi en moi, nous nous sommes aimé tellement fort. Et le soir venu, imprégnée par la beauté du monde, j’ai respiré ton parfum nu sur mes mains, vu nos corps s’enlacer dans la moiteur de draps de satin.  Joe Hawley Authentic...

Read More

La fenêtre et le vent

Je regarde passer le vent, au travers de la fenêtre de la classe. Un oiseau fluide comme l’air, entraîne mon esprit dans son sillage. Les nuages s’écartent, laissant apparaître le soleil qui d’un éclat timide, caresse de son ombre la terre qui s’éveille à l’instant. J’écoute murmurer le silence… Je ferme les yeux un instant… En cet instant… Nyheim Hines Womens...

Read More